A la une

Menu principal

A la une

Prix Paca Laureat 2019

Les lycéens et apprentis de la région Sud-PACA ont désigné le 22 mai dernier à Marseille les lauréats 2019 du prix littéraire.

Sont lauréats

Timothé LE BOUCHER, dans la catégorie bande dessinée avec « Ces jours qui disparaissent » (éditions Glénat).

Frédéric VIGUIER, dans la catégorie roman avec « Aveu de faiblesses » (éditions Albin Michel).

L’appel à projet pour l’année scolaire 2019-2020 prendra fin le 6 juin prochain : pdfPrix PACA - Appel à projet 2019-2020 218.95 Ko

Renseignements : ARL PACA

Tél : 04 42 91 65 20

Internet : http://www.prix.livre-paca.org

 

logo VC SLL grand

 

Une offre de ressources numériques est proposée par le S.L.L. de Vaucluse depuis 2014 à des bibliothèques « partenaires » et volontaires.

Ces  ressources ont vu leur nombre augmenter et évoluer au fil du temps. Elles ne se juxtaposent pas aux collections physiques mais les complètent répondent à de nouvelles pratiques dans nos métiers  et de nouveaux usages pour les publics.

Aujourd’hui  55 bibliothèques du réseau bénéficient de cette offre :

Ansouis, Apt, Aubignan, Beaumes de Venise, Bedoin, Bonnieux, Cabrières d’Avignon, Cadenet, Camaret, Caromb, Caumont sur Durance, Cavaillon, Chateauneuf de Gadagne, Cheval Blanc, Cucuron, Goult, Grillon, Jonquerettes, Joucas, Lacoste, Lagnes, Lapalud, Lauris, La tour d’Aigues, Les Taillades, Loriol, Lourmarin, Malaucène, Maubec, Mazan, Ménerbes, Mérindol, Mondragon, Mornas, Murs, Oppède, Pernes-Les-Fontaines, Puyvert, Robion, Roussillon, Saignon, Saint Saturnin Lès Avignon, Saint Saturnin  d’Apt, Sarrians, Sault, Sérignan, Sorgues, Uchaux, Vacqueyras, Vaison la romaine, Venasque, Villedieu, Villes sur Auzon, Villelaure, Visan.

Demain, cette offre est ouverte  à l’ensemble des bibliothèques du département, à condition qu’elles deviennent « partenaires » du déploiement de cette offre auprès de leurs usagers.

 

Quelle offre exactement?

Il s’agit d’une offre gratuite  et légale de contenus en ligne dans les domaines du cinéma, de la presse, de l'autoformation, de livres pour enfants DYS, de livres tombés dans le domaine public et de ressources diverses pour la jeunesse.

Cinéma : films longs et courts métrages, films documentaires, d’animations, reportages, etc.

Presse : une offre très large, nationale et internationale, comprenant des quotidiens  ainsi que de la presse magazine dans des domaines très divers tels que : Actualités, Culture , Déco & art de vivre, Découverte, Economie, Presse féminine, International, Sports & mécanique, People & TV.

Autoformation : méthodes de langues, autoformation bureautique et multimédia, remise à niveau Adultes, soutien scolaire, Français Langue Etrangère, Code de la route, développement personnel etc.

Enfants : espace comprenant des films, des histoires, de la musique et des jeux éducatifs.

Livres DYS : une offre de livres adaptés aux enfants DYS.

Classiques : une offre de livres tombés dans le domaine public ou sous Licence Créative Commons, à télécharger à la demande.

 

Pour qui ?

Les ressources sont destinées aux usagers inscrits dans des bibliothèques partenaires. Gratuites, elles sont accessibles sur Internet dans l’enceinte de la bibliothèque mais également depuis le domicile des usagers 7 jours sur 7. Il suffit pour cela que l’usager s’inscrive sur la plateforme via le portail du S.L.L. en cliquant sur l’icône et en se rattachant à sa bibliothèque, dès lors que cette dernière  est partenaire ; mais il doit en effet être inscrit dans cette bibliothèque. Si tel n’est pas le cas, il a 15 jours pour y remédier.

 

Vous souhaitez inscrire votre bibliothèque et vos usagers à cette offre ?

C’est très simple ! Il vous suffit d’inscrire votre bibliothèque dès maintenant sur le portail du S.L.L. en remplissant  ce Formulaire.  Mais toute nouvelle bibliothèque partenaire s’engage également à suivre le Parcours numérique mis en place par le SLL : 4 journées de formation à la médiation numérique.  

Quelques  pré-requis s’avèrent en outre  indispensables :

  • une connexion de votre bibliothèque à Internet,
  • un ou des postes dédiés qui permettront à vos usagers de tester ces ressources dans vos murs, avant de le faire éventuellement depuis  chez eux.
  • enfin une personne dédiée (et enthousiaste !!!) à même de participer à l’indispensable médiation et promotion de ces ressources auprès du public.

Dès l’inscription de votre bibliothèque à l’offre de ressources numériques « Vivre connectés », un courrier spécifique vous sera adressé.

 

Le Parcours numérique, c’est quoi ?

Afin de vous accompagner au mieux dans la mise en œuvre de cette offre, nous mettons en place chaque année pour les  nouveaux entrants un   « Parcours numérique »  formation de  4 jours qui s’étalent tout  au long de l’année. Cette formation  permet aux bibliothécaires qui prennent en main la promotion de cette offre de mieux cerner les enjeux qui s’attachent au développement d’une offre numérique en bibliothèque et de s’initier à la médiation de ces ressources.

Dès votre entrée dans ce Parcours numérique, vous serez en mesure de proposer ces ressources à vos usagers. Et le S.L.L. vous accompagnera tout au long de la mise en place de cette offre. Chaque année, une réunion rassemble l’ensemble des bibliothèques partenaires « connectées » afin de constituer une communauté d’usages et  d’échange de bonnes pratiques.

 

Les ados et la lecture Diaporama

Retour sur le 14 mars à Fontaine-de-Vaucluse…

Le 14 mars s’est tenue au Centre Départemental de Plein Air et de Loisirs (CDPAL) de FONTAINE-DE-VAUCLUSE une journée intitulée « Les ados et la lecture, toute une histoire ! ». Conjointement ouverte aux bibliothécaires, enseignants et professeurs documentalistes du département, elle a permis d’ouvrir le champ  d’un nouveau chantier, celui  du  rapport que les adolescents entretiennent avec la lecture.

C’est Agathe Kalfala de l’association et revue du même nom, Lecture Jeunesse, qui a animé la matinée. Après une conférence introductive, c’est autour d’une table ronde que se sont retrouvés plusieurs acteurs du livre et de la lecture vauclusiens pour apporter leurs témoignages sur quelques actions exemplaires :

  • Aurélie BALAS, bibliothécaire à la Médiathèque de Pernes-les-Fontaines, pour l’organisation au Collège d’un « chocolat littéraire »,
  • Danielle Bruel : Le Goût de lire en Pays d’Apt pour le travail initié avec des élèves du Lycée professionnel lors de l’organisation d’un Salon du livre à Apt,
  • Florence Charravin, Inspectrice de l’Education Nationale en lettres pour la systématisation de la mise en place du ¼ d’heure de lecture dès la rentrée scolaire prochaine,
  • Hélène Delbart, pour la multiplicité et la diversité des actions menées par l’association Grains de lire, petites graines semées tout au long de l’année pour promouvoir la lecture et la complémentarité des acteurs entre eux,
  • Lucie Auzet, bibliothécaire Jeunesse au SLL, pour évoquer un projet mené au Collège de la Tour d’Aigues avec les Nouvelles Hybrides et la création de « Zones libres de lecture ».

L’après-midi , Hélène Delbart (Grains de lire) et Danielle Bruel (Le Goût de lire en Pays d’Apt)  ont proposé aux participants d’expérimenter en tant que tels  la mise en œuvre d’un atelier d’écriture. En effet, dès la prochaine  rentrée scolaire, le Département lancera une opération grand format d’ateliers d’écriture, intitulée « Tous à la page »,  ouverte à tous les collèges  du département. Cette journée fut donc également l’occasion d‘une première communication sur ce nouveau projet.

Que retenir de cette journée ?

Que l’adolescence est un âge de grand chambardement où on essaye de se démarquer de ses parents, où le corps et ce qui passe dans la tête changent beaucoup… La lecture peut être une clé pour comprendre le monde et mieux se comprendre soi. Mais derrière le « j’aime pas lire », beaucoup de choses sont à dépasser. A commencer par le fait que pour les adolescents, lire signifie lire des romans, si possible classiques…

En fait, une des manières d’aborder la question de la désaffection observée à cet âge vis-à-vis de la pratique de la lecture est sans doute d’inverser la question : pourquoi liraient-ils ? En d’autres termes, qu’est-ce qui est susceptible de les attirer dans la lecture ?

On est souvent dans le jugement (de valeur) mais lisait-on plus auparavant ? - Pas si sûr. Il suffit pour s’en convaincre de regarder l’infographie proposée sur le site http://allezvousfaire lire.com à l'adresse https://bit.ly/2IcdHdK

En outre, si les ados lisent peut-être moins, ils ne sont pas les seuls. Cf. les enquêtes IPSOS/ CNL qui observent que toutes les tranches d’âge lisent moins. La dynamique de la lecture est globalement en baisse et le principal motif avancé est le manque de temps.

Comment classent-ils leurs loisirs ?

En première position,  ils privilégient « sortir avec des amis ». Rien de nouveau car on sait combien l’adolescence est l’âge clé où construire sa place dans une communauté qui vous ressemble et qui vous reconnaît comme un de ses membres. A cet égard, on observera l’importance de la recommandation entre pairs, mode de médiation privilégié par les booktubeurs, les discussions ou échanges en ligne…

En deuxième position, ils disent « lire un livre ». La lecture n’a donc pas complètement disparu de leurs centres d’intérêt et force est de constater que sur toutes les tranches d’âge observées, ils lisent plus tôt plus qu’auparavant ! Mais à 12/13 ans, la chute est cependant « vertigineuse » alors même que ces mêmes adolescents  estiment qu’il est important de lire et sont tout à fait conscients qu’ils passent beaucoup de temps à faire autre chose. On observe également une nette différenciation entre garçons et filles. Qu’est-ce que cela signifie pour un garçon « aimer lire » ? Pour lui, rien d’évident dans cette représentation symbolique ;  il nous faut donc penser à l’image que la lecture, exercice solitaire et posé (parfois imposé), renvoie. Il nous faut également mesurer la nature de l’angoisse que peut générer le fait de se retrouver en face de soi. Cf. Michèle Petit. La lecture, à bien des égards,  est un acte qui isole, et ce à un âge où l’on ne veut pas se sentir isolé et coupé de ses pairs.

Que lisent les adolescents d’aujourd’hui ?

Au Top de leurs lectures, on retrouve des récits inspirés de jeux vidéo (Frigiel et Fluffy), Le journal d’un dégonflé, sorte de journal illustré qui met en scène un héros du quotidien, Everything, everything, qui délivre un message optimiste au héros malade, Treize raisons, inspiré d’une série Netflix, La passe-miroir, trilogie très créative et ambitieuse etc.  Les adolescents vont donc d’emblée vers des « produits » qui leur parlent. Les éditeurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés au premier rang desquels Le Seuil, Gallimard, Slalom, Albin Michel et Michel Laffon.

Un constat néanmoins : en 10 ans, les « classiques » ont disparu de leurs Top ten ! On est donc  passé d’une littérature francophone de type patrimonial à une littérature mondialisée, « produite en temps réel » ! cf. Laurent Bazin.

Les filles continuent de privilégier les romans puis les BD et les mangas. Les garçons quant à eux mettent en premier les BD, les mangas et en dernier lieu les romans. Les grandes tendances observées nous conduisent au cinéma (récits adaptés au cinéma) ou aux recommandations de You tube, très influent depuis 5 ans et plus récemment à la plateforme Wattpad, qui gagne en audience chaque jour et va créer sa propre maison d’édition.

Leurs centres d’intérêt sont donc : l’humour, les jeux vidéo, les mangas, la musique mais aussi le phénomène transmédia, la fan fiction. De nouveaux types de lecture certes mais une approche de la lecture qui ne renie rien de ce que génère l’acte de lire et met en évidence  la multiplicité des liens créés au travers de cet acte.  On observe également  l’intérêt des adolescents pour tout ce qui touche aux coulisses du récit, l’envie de participer, d’être acteur  et les liens étonnants créés  avec ceux qui écrivent ces récits, ceux qui le transmettent, ceux qui ont lu le livre ou le liront. C’est dire l’importance de la médiation.

Quelle médiation ?

Les médiateurs que sont les enseignants, les bibliothécaires, les parents etc. se trouvent donc « débordés » de toutes parts  par de nouveaux types de médiation qui néanmoins obéissent aux lois du genre : la recommandation entre  pairs. Ils doivent donc s’interroger sur leurs critères, les règles implicites ou explicites qu’ils mettent en œuvre dans leur manière d’approcher les adolescents et retrouver une légitimité en partie perdue dès lors qu’elle emprunte des chemins jugés trop « classiques » et pour partie inadaptés à ce lectorat.

Supports et enregistrements

 pdfDiaporama de la conférence d’Agathe Kalfala7.96 Mo

Enregistrements

Matin

Intervention d'Agathe Kalfala

Table ronde

Après-midi

Ateliers et conclusion

 

IMG2872
IMG2874
IMG2882
IMG2877
IMG2903
IMG2934
IMG2910
IMG2891
IMG2889
IMG2928

Abf Bandeau

Une formation d’auxiliaire de bibliothèque est proposée par le groupe P.A.C.A. de l’A.B.F. (Association des Bibliothécaires de France) pour l’année 2019/2020.

La formation professionnelle organisée par l’ABF s’adresse aux personnes travaillant en bibliothèque (à titre salarié ou bénévole) sans formation et sans diplôme de la filière métiers du livre. Les cours se déroulent sur une année scolaire à raison d’une à deux journées par semaine. Cela représente un minimum de 200 heures, comprenant les cours théoriques, les TP, les visites et les journées d’étude, auxquelles s’ajoute un stage pratique de 35 h. Les cours débutent en général en septembre pour se terminer en juin par un examen écrit et oral.

Le titre d’auxiliaire de bibliothèque de niveau V est homologué pour une durée de 4 ans.

Cette formation se tiendra dans le Var en 2019/2020.

Vous trouverez ci-joint un pdfdossier de préinscription175.43 Ko (PDF) à retourner à la responsable de la formation avant le 15 juin 2019.

Pour de plus amples renseignements,  vous pouvez consulter la page du groupe PACA de l’ABF : http://www.abf.asso.fr/23/362/2423/ABF-Region/formation-d-auxiliaire-de-bibliotheque-2019-2020

 

illetrisme ok

La Fondation du Crédit Mutuel pour la lecture et le Crédit Mutuel Méditerranéen lance la 14ème édition du concours « Prévenir et lutter contre l’illettrisme ».

Depuis près de 30 ans, la Fondation du Crédit Mutuel pour la lecture et le Crédit Mutuel Méditerranéen accompagnent des projets de prévention et de lutte contre l’illettrisme. Pour encourager des associations oeuvrant dans ce domaine, la banque régionale coopérative lance pour la 14e année consécutive le concours « prévenir et lutter contre l’illettrisme »

Ce concours récompense chaque année une dizaine d’associations des régions PACA, Languedoc-Roussillon et Corse.

Pour participer, il suffit de compléter le pdfdossier d’inscription436.02 Ko détaillant votre projet et de le retourner avant le 30 avril 2019.

 

Caumont Ouvrir plus ouvrir mieux diaporama

Le Plan Bibliothèques lancé l’année dernière se poursuit pour que les bibliothèques deviennent de véritables « maisons de service public culturel de proximité »…

Un constat : l’ouverture moyenne des bibliothèques est de 20 heures par semaine si on ne prend en compte que les collectivités de plus de 2 000 habitants. La relative faiblesse de ce chiffre eu égard à nos homologues étrangers s’explique en effet par le poids important des petites bibliothèques où l’ouverture moyenne reste particulièrement faible.  Mais on ne dira jamais assez cependant combien ces « petits «  équipements sont précieux et participent d’une politique d’aménagement du territoire qui mise sur la proximité, essentielle pour ceux qui ne sont pas en capacité de se déplacer, prioritairement les enfants et les personnes âgées.

 En 2018, ce sont 231 collectivités qui ont bénéficié du soutien de l’Etat pour une augmentation de l’amplitude horaire de huit heures par semaine en moyenne. Le Plan se poursuit encore cette année mais avec un fort encouragement à « ouvrir mieux ». En effet, il ne s’agit pas que d’une extension quantitative du  nombre d’heures d’ouverture des bibliothèques mais bien  d’une réflexion à entamer sur le rôle de la bibliothèque à son endroit  et les partenariats qu’elle sera en capacité de construire avec les acteurs culturels et sociaux d’un territoire donné.

Ouvrir plus et mieux est un enjeu de politique culturelle. Favoriser la fréquentation par tous les publics, faire des bibliothèques un outil d’émancipation, et en faire des  « maisons de service public culturel de proximité »,  tel est l’objectif affiché pour adapter les horaires aux besoins des citoyens. C’est une mutation sans précédent qui doit permettre aux bibliothèques de « changer de rythme » pour être des « lieux du livre » mais surtout des » lieux du vivre », selon les mots d’Erik Orsenna.  Réfléchir à l’articulation fine des horaires avec les modes de vie et les usages des habitants est donc tout aussi essentiel que de penser à ouvrir davantage.

Mais si ouvrir mieux est un enjeu pour toutes les bibliothèques, il n’existe pas de solution idéale ou de modèle qu’il suffirait de dupliquer d’un territoire à l’autre. Dans certaines collectivités, c’est l’ouverture le dimanche,  en soirée, à la pause méridienne ou pendant les vacances qui permettra de toucher de nouveaux publics.

Les collectivités territoriales ont la responsabilité des politiques d’ouverture de leurs bibliothèques mais elles peuvent compter sur le soutien technique et financier de l’Etat. Depuis juin 2016, la modification du concours particulier relatif aux bibliothèques de la Dotation Générale de Décentralisation (D.G.D.) permet une prise en charge sur ces crédits des projets d’extension et d’évolution des horaires d’ouverture des bibliothèques territoriales pour une durée maximum de 5 ans.

Si vous envisagez d’élargir vos horaires d’ouverture, n’hésitez pas à en parler au S.L.L et, pour plus de renseignements, reportez-vous à la Circulaire du 15 juin 2016 (https://bit.ly/2X2lOgp) qui précise les modalités d’application et les conditions d’éligibilité.

 

L’offre d’outils d’animations du S.L.L s’enrichit : 3 valises thématiques, un tapis de lecture et une exposition font leur entrée au catalogue. Retrouvez les détails de chacun de ces nouveaux supports d'animation.

Au bout du conte Expo IntroExposition Au bout du conte

L'exposition "Au bout du conte" invite à (re)découvrir ou relire 13 contes, classiques ou plus exotiques, et à se poser la question "qu'y a-t-il au bout du conte?". Que nous disent les contes sur l'enfance, sur les relations parents-enfants, sur l'amour, sur le devenir adulte des enfants (c'est davantage que grandir), sur la justice, la destinée, le bien et le mal, la mort même? Et tout simplement, pourquoi lire encore et toujours ces histoires qui semblent se répéter inlassablement?

Voir la fiche de l'exposition : Au bout du conte

Valises thématiques

Illusion(s)

La malle "Illusion(s)"a été réalisée dans le cadre de la Fête du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux 2019 sur "Toute la vérité sur le mensonge". Le Département du Vaucluse est un des partenaires de ce festival incontournable du livre jeunesse en région PACA. Ainsi les bibliothèques vauclusiennes de Sérignan du Comtat, Mondragon, Lapalud, Vaison et Visan s'inscrivent dans le dispositif de Saint-Paul hors la ville depuis plusieurs années. Le S.L.L. les accompagne en leur proposant des formations, des prêts d'exposition mais aussi en créant des malles.

Voir la fiche de la malle : Illusion(s)

Contes détournés

La valise Contes détournés a été réalisée dans le cadre de la Fête du livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux 2019 dont le thème était "Toute la vérité sur le mensonge".

Contes detournes

Elle contient une sélection d'ouvrages sur le mensonge et ses multiples facettes ! Pastiches, parodies, détournement de texte et d’images, transposition littéraire dans le temps et dans l’espace, allusions, salades de contes ! Bref, vous saurez tout sur le conte détourné !

Voir la fiche de la valise : Contes détournés

Mensonge(s)

La malle "Mensonge(s)"a été réalisée dans le cadre de la Fête du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux 2019 sur "Toute la vérité sur le mensonge". Le Département du Vaucluse est un des partenaires de ce festival incontournable du livre jeunesse en région PACA. Ainsi les bibliothèques vauclusiennes du réseau Rés'In, Sérignan du Comtat, Vaison et Visan s'inscrivent dans le dispositif de Saint-Paul hors la ville depuis plusieurs années. Le S.L.L. les accompagne en leur proposant des formations, des prêts d'exposition mais aussi en créant des malles.

Voir la fiche de la malle : Mensonge(s)

Tapis de lecture La maison de Ninon

La maison de Ninon THCe tapis en forme de maison, une fois déplié, nous fait voyager dans le quotidien du tout-petit et nous fait découvrir toutes les pièces de la maison.

Voir la description sur la page des tapis de lecture

 

Eclats de scene lecture a voix haute diaporama

Formation : « Lecture à voix haute »

Lire un texte,  c’est avant tout le comprendre : ce postulat de départ permettra d’élaborer en une séance une approche de la lecture à voix haute.                    

Le comprendre et le donner à entendre : ce deuxième postulat orientera la journée pendant laquelle sera abordé le projet de lecture (la lecture silencieuse, la lecture orale pour soi, qui amène à la lecture pour autrui).

La formation, programmée le 18 juin 2019 à Sorgues, permettra aux  stagiaires de créer des outils afin d’appliquer les concepts de la lecture à voix haute.

Pour plus de détails : Formation : « Lecture à voix haute »

Inscrivez-vous avant le 4 juin 2019 Inscription à la formation

Journees professionnelles saint paul 2019 IntroBref historique de la fête du livre de Saint Paul Trois Châteaux

Depuis 35 ans, la fête du Livre Jeunesse de Saint-Paul propose sur plusieurs jours un salon avec un forum ouvert aux publics, des rencontres et des spectacles aux scolaires et aux centres sociaux, des prix (Sésame, Pitchou), organise des concours (booktube et écriture). Elle offre également aux professionnels du livre et de la lecture deux jours et demi de rencontres avec des auteurs, des illustrateurs, des éditeurs, des historiens, philosophes, conteurs, etc. sur une thématique donnée.

Ces journées permettent à chacun d’approfondir ses connaissances, de nourrir son travail et sa réflexion professionnelle au quotidien. Des petites graines semées à la fin de l’hiver pour toute une vie. 

Des journées sous le signe du mensonge

De nombreux invités se sont succédé sur la scène des journées professionnelles. Parmi toutes les conférences marquantes, nous avons grandement apprécié celles :  

  • de Bernard Friot sur l’importance de construire un projet lecture de territoire qui prendrait en compte plusieurs aspects : les lieux de lecture, la diversification des propositions de lecture, l‘élargissement du temps de lecture et la construction de l’autonomie des lecteurs.
  • de David Groison sur l’importance du métier de journaliste dans une démocratie
  • de François Morel du CLEMI (Centre de Liaison pour l’Education aux Médias et à l’Information) avec un panorama de la presse jeunesse
  • de Philippe Godard sur le complot et comment en parler aux jeunes en posant simplement la question de l’émancipation ou de l’aliénation
  • d’Elisabeth Brami sur l’importance de parler vrai et de créer des bulles d’illusion pour survivre, des bulles d’imagination, de créativité
  • de Gigi Bigot sur l’importance du conte et de la parole symbolique pour mieux dire la vérité

Entre les conférences, des bulles clownesques de Katherine Citruk et la vraie-fausse conférence de Jean Donatien nous ont  interrogés gaiement sur la facilité à nous laisser berner. Un vrai régal !

Et le Service Livre et Lecture dans tout ça ?

Le Département de Vaucluse par le biais du Service Livre et Lecture subventionne la Fête du Livre jeunesse de Saint Paul, finance les inscriptions aux journées professionnelles et accompagne les bibliothèques nord-Vaucluse sur la manifestation de Saint-Paul Hors la ville (création de malles, achat d’exposition, formation sur la thématique de l’année, etc.)

            A l’année prochaine pour de nouvelles découvertes !

 

DSC2175
DSC1993
DSC2203
DSC2197
DSC2196
DSC2194
DSC2193
DSC2189
DSC2191
DSC2187

Formation2019 deux nouvelles Le catalogue 2019 des formations proposées par le Service Livre et Lecture de Vaucluse s'enrichit de deux nouvelles formations qui auront lieu en mai et juin prochain. Découvrez ces formations.

Formation : Littératures de l’Afrique sub-saharienne

Peu à peu, les littératures de l’Afrique prennent place sur les rayons des bibliothèques, dans les vitrines des librairies, dans les colonnes des journaux et sur les listes des prix littéraires.

Derrière les pionniers Léopold Sedar Senghor, Amadou Hampâté Bâ, Ahmadou Kourouma, ou, plus récemment, Fatou Diome, Alain Mabanckou, Leonora Miano, bien d’autres écrivains issus du continent méritent à leur tour d’être découverts.

C’est à la rencontre de ces auteurs et de leurs oeuvres que cette formation vous invite.

La formation, programmée le 17 mai 2019 à Cadenet, sera accompagnée de bibliographies et illustrée de documents sonores permettant d’entendre des textes et des entretiens avec des écrivains.

Pour plus de détails : Littératures de l’Afrique sub-saharienne

Inscrivez-vous avant le 26 avril 2019 Inscription à la formation

 

Formation : Concevoir un fonds et un espace « Facile à lire »

L’objectif de la formation est de savoir repérer dans l’édition et dans son fonds les livres accessibles à de  « faibles lecteurs » (personnes en situation d’illettrisme, d’éloignement de l’écrit, adultes très âgés, personnes hospitalisées, sourdes, dyslexiques, en situation de handicap mental, etc.), de savoir les mettre en scène de manière attractive dans sa bibliothèque, de créer les partenariats susceptibles d’attirer les publics concernés et de créer un véritable contact avec eux.

Constituer un fonds facile à lire est donc un levier qui réinterroge toutes les pratiques des bibliothécaires

La formation, programmée le 27 juin 2019 à Sorgues, vise à fournir à la fois des informations et des outils méthodologiques.

Pour plus de détails : Concevoir un fonds et un espace « Facile à lire »

Inscrivez-vous avant le 13 juin 2019 Inscription à la formation

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.