A la une

Menu principal

A la une

Prix du Jeune écrivain 2020

Lancement du 36ème Prix du jeune écrivain de langue française, ouvert aux jeunes de 16 à 26 ans.

Inscriptions à partir du 1er novembre 2019 ; date limite : le 5 février 2020.

Plus d’information : pdfRèglement3940ko

Site : www.pjef.net

 

Frac Paca

Le FRAC PACA (Fonds régional d’art contemporain) propose le 12 novembre une journée de rencontre destinée aux responsables de médiathèque et bibliothèques de la région.

Cette journée sera l’occasion de présenter aux participants un état des lieux des projets en cours, de dialoguer sur la construction et la nature des actions entreprises et, plus largement, d’aider à s’emparer d’un projet qui permette à l’art contemporain d’entrer dans la bibliothèque.

Ainsi, des ateliers seront proposés toute l’après-midi pour découvrir un nouvel outil pédagogique, expérimenter, comprendre le cheminement créatif avec le livre, approcher des pratiques contemporaines éditoriales par la fabrication d’un objet/livre insolite et personnel, aborder les questions liées à l’exposition de l’œuvre d’art ou du livre d’artiste dans la bibliothèque…

Plus d’informations : pdfinvitation67.48 Ko et pdfdéroulé de la journée430.67 Ko

 

logo VC SLL grand

 

5 millions de documents relevant du domaine public, dont 1,5 million d’images sont désormais librement téléchargeables et utilisables. Il s’agit là d’un véritable bouleversement dans la politique d’accès de l’établissement à ses collections, qui suit enfin un mouvement plus global.


« Estampes, photographies, manuscrits enluminés ou autographes, dessins et gravures, unes de presse, cartes et globes, objets d’art, monnaies et médailles... Des papyrus égyptiens aux dessins de presse, en passant par les enluminures des livres médiévaux ou des œuvres de Picasso, la Bibliothèque nationale de France détient des collections iconographiques parmi les plus riches au monde, issues du patrimoine mondial », indique l’établissement dans un communiqué. 

Pour en savoir plus :

https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/la-bnf-offre-des-millions-de-documents-a-telecharger-gratuitement/97199

Et c’est ici :

https://images.bnf.fr/#/home/

 

logo VC SLL grand

 

Comme chaque année, nous invitons toutes les bibliothèques qui bénéficient de l’offre Vivre Connectés à venir au S.L.L. pour une réunion « bilan » d’une demie journée.  Cette rencontre, qui a lieu généralement au mois de juin, a été exceptionnellement repoussée au mois de décembre en raison de la mise en place, en début d’année, de la nouvelle plateforme.

 

La réunion aura lieu le 6 décembre de 9h à 12h30 au S.L.L. à SORGUES

 

Nous espérons que vous pourrez vous libérer pour cette date car  nous ferons en effet le point sur l’avancement de la nouvelle offre de ressources numériques « Vivre connectés », et son utilisation dans vos bibliothèques.

Cette réunion constitue un temps d’échanges sur nos pratiques respectives : des informations diverses seront partagées qui participent à l’optimisation de cette offre dans vos bibliothèques. Nous comptons sur votre présence !

Prix Paca Laureat 2019

Créé en 2004 et organisé par l’Agence Régionale du Livre PACA, ce prix a pour objectif de faire découvrir aux lycéens et apprentis de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur douze ouvrages contemporains (six romans et six bandes dessinées), de langue française ou étrangère traduite.

Il leur permet également de se familiariser avec les acteurs et les lieux du livre grâce à des rencontres d’auteurs, d’éditeurs et des visites en librairie et bibliothèque.

Un millier de jurés, représentant plusieurs dizaines d’établissements de la région, désignera un lauréat dans chaque catégorie (roman et bande dessinée). La remise des prix aura lieu fin mai à Marseille.

Découvrir La sélection 2019-2020

Catégorie Roman

 

 

 

 

 

 

 

Catégorie Bande dessinée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site du Prix et les lauréats des précédentes éditions

 

 

La journée-réseau annuelle du SLL s’est tenue le 21 juin dernier sur le thème : « l’action culturelle en bibliothèque, quels enjeux, quels partenariat » ?

Au programme

  • Un Focus sur quelques acteurs culturels locaux
    • Premiers chapitres / Olivier Barrère. Cie Il va sans dire
    • Maison des Calligraphies / Bernard Vanmalle
    • Grains de lire / Hélène Delbart
    • Centre dramatique des villages
  • L’intervention de M. Lionel Ferrier, inspecteur de l’Education nationale 1er degré pour une présentation du « Plan Bibliothèques » et du Dispositif « A l’école des arts et de a culture ».
  • Un « Théâtre Forum » animé par la Cie Machine émotive
  • Des témoignages sur l’élaboration d’une programmation culturelle :
    • René Vanderpoorte, Réseau Luberon Monts de Vaucluse
    • Aurélie Reynaud, Bibliothèque de Caromb
    • Julien Vidal, Bibliothèque de Visan

Que retenir de cette journée ?

→ que l’action culturelle en bibliothèque/médiathèque est essentielle au dynamisme et à la visibilité des bibliothèques sur leur territoire,

→que des plus petites aux plus grandes, une programmation culturelle doit être élaborée, très en amont et s’inscrit dans une stratégie pensée, analysée, évaluée,

→ qu’il y a en a pour tous les budgets, même modestes, et que tout n’est donc pas qu’affaire de finances,

→ que l’action culturelle doit se nourrir de partenariats avec les acteurs locaux, nombreux et divers, avec lesquels il faut apprendre à construire une méthodologie de projet,

→ que les bibliothèques ne sont pas des acteurs isolés mais partie prenante de dispositifs ou d’événements nationaux sur lesquels elles peuvent s’appuyer.

Cette journée, aux dires des participants, fut riche et constructive, comme une petite bouffée d’oxygène permettant de resituer l’action culturelle dans une dynamique essentielle au fonctionnement de la bibliothèque. Elle permit de donner la parole à des acteurs locaux, partenaires potentiels de nombreuses bibliothèques, à des coûts tout à fait envisageables, même pour de petits budgets.

Retrouver quelques photos

 

IMG3498
IMG3522
IMG3504
IMG3503
IMG3521
IMG3520
IMG3518
IMG3512
IMG3511
IMG3510

Enfin disponible au SLL ! Le sac à histoires, un nouvel outil pour diversifier vos séances de lecture

Le sac à histoires, un outil d’animation lecture qui fait la part belle à l’improvisation

En septembre 2018, à la suite  d’une formation proposée par le SLL sur les « Comptines et jeux de doigts », Catherine Pinet-Fernandes, formatrice, a présenté divers outils d’animation dont le Sac à histoires. Séduits par cet outil, l’équipe Jeunesse du SLL a décidé de se lancer dans la fabrication de Sacs à histoires lors d’une journée dédiée de formation.   

Le 28 février dernier, la médiathèque de Pernes-Les Fontaines a donc accueilli dans ses locaux pour cette journée créative (cf. Sacs à histoires, tabliers et chemins de lecture). Et grâce à la persévérance et au talent de, Fabienne Marianetti, secrétaire au Service Livre et Lecture de Vaucluse, le Sac à histoires est fin prêt.

Pour rappel, le Sac à histoires est un outil qui permet de cacher des livres et des objets dans de multiples poches. L’animateur crée un scénario (fil conducteur qui permet de relier les objets et les livres entre eux) à partir d’une comptine, d’une histoire, d’un récit simple à répétition ou à rebondissement. L’animateur choisit des livres en lien avec son récit et les glisse dans le sac. Au cours de la séance de lecture, les enfants choisissent une des multiples poches pour en tirer un livre ou un objet caché. Et ainsi, avance l’histoire au fur et à mesure de choix successifs qui sont autant de pérégrinations proposées. Contrairement au Tapis de lecture, le Sac à histoires fait la part belle à l’improvisation. Il faut donc penser à créer un scénario simple qui permette des rebondissements de toutes sortes. Une bonne préparation en amont est donc indispensable.

Quelques conseils pour utiliser le Sac à histoires

En amont

Choisir des livres:

  • que l’on aime raconter
  • des livres différents (formes, textures, taille, illustrations, avec ou sans textes, textes    courts, longs…)

Prévoir une fiche scénario:

  • comprenant 1 début, 1 déroulement et 1 fin : un scénario est une grande histoire faite de petites histoires (livres), avec des chansons, des comptines, des jeux de doigts...
  • un exemple de scénario accompagne cet article

Prévoir une séance de lecture de 30 mn maximum :

  • rajouter le temps d’accueil des enfants et un temps de lecture individualisé
  • déterminer son espace scénique

Nombre d’enfants pour une lecture :

  • groupe d’enfants de 8 à 10 enfants max et 15 si les enfants sont accompagnés d’adultes

Préparer un livret pour les parents ou les accompagnants avec les albums, etc.

Délimiter son espace scénique

S’entrainer à improviser les enchainements

Pendant le temps d’animation

  • le temps de l’accueil : installer les gens confortablement en demi-cercle, face à soi pour bien voir les livres
  • le temps de l’animation :
    • prévoir un temps collectif à partir du scénario
    • prévoir un temps de lectures individuelles
  • le temps de se dire au revoir

Quelques images pour vous donner envie de l’emprunter !

 

sac-a-histoire-1
sac-a-histoire-5
sac-a-histoire-3
sac-a-histoire-4
sac-a-histoire-2

Prix Paca Laureat 2019

Les lycéens et apprentis de la région Sud-PACA ont désigné le 22 mai dernier à Marseille les lauréats 2019 du prix littéraire.

Sont lauréats

Timothé LE BOUCHER, dans la catégorie bande dessinée avec « Ces jours qui disparaissent » (éditions Glénat).

Frédéric VIGUIER, dans la catégorie roman avec « Aveu de faiblesses » (éditions Albin Michel).

L’appel à projet pour l’année scolaire 2019-2020 prendra fin le 6 juin prochain : pdfPrix PACA - Appel à projet 2019-2020 218.95 Ko

Renseignements : ARL PACA

Tél : 04 42 91 65 20

Internet : http://www.prix.livre-paca.org

 

Les ados et la lecture Diaporama

Retour sur le 14 mars à Fontaine-de-Vaucluse…

Le 14 mars s’est tenue au Centre Départemental de Plein Air et de Loisirs (CDPAL) de FONTAINE-DE-VAUCLUSE une journée intitulée « Les ados et la lecture, toute une histoire ! ». Conjointement ouverte aux bibliothécaires, enseignants et professeurs documentalistes du département, elle a permis d’ouvrir le champ  d’un nouveau chantier, celui  du  rapport que les adolescents entretiennent avec la lecture.

C’est Agathe Kalfala de l’association et revue du même nom, Lecture Jeunesse, qui a animé la matinée. Après une conférence introductive, c’est autour d’une table ronde que se sont retrouvés plusieurs acteurs du livre et de la lecture vauclusiens pour apporter leurs témoignages sur quelques actions exemplaires :

  • Aurélie BALAS, bibliothécaire à la Médiathèque de Pernes-les-Fontaines, pour l’organisation au Collège d’un « chocolat littéraire »,
  • Danielle Bruel : Le Goût de lire en Pays d’Apt pour le travail initié avec des élèves du Lycée professionnel lors de l’organisation d’un Salon du livre à Apt,
  • Florence Charravin, Inspectrice de l’Education Nationale en lettres pour la systématisation de la mise en place du ¼ d’heure de lecture dès la rentrée scolaire prochaine,
  • Hélène Delbart, pour la multiplicité et la diversité des actions menées par l’association Grains de lire, petites graines semées tout au long de l’année pour promouvoir la lecture et la complémentarité des acteurs entre eux,
  • Lucie Auzet, bibliothécaire Jeunesse au SLL, pour évoquer un projet mené au Collège de la Tour d’Aigues avec les Nouvelles Hybrides et la création de « Zones libres de lecture ».

L’après-midi , Hélène Delbart (Grains de lire) et Danielle Bruel (Le Goût de lire en Pays d’Apt)  ont proposé aux participants d’expérimenter en tant que tels  la mise en œuvre d’un atelier d’écriture. En effet, dès la prochaine  rentrée scolaire, le Département lancera une opération grand format d’ateliers d’écriture, intitulée « Tous à la page »,  ouverte à tous les collèges  du département. Cette journée fut donc également l’occasion d‘une première communication sur ce nouveau projet.

Que retenir de cette journée ?

Que l’adolescence est un âge de grand chambardement où on essaye de se démarquer de ses parents, où le corps et ce qui passe dans la tête changent beaucoup… La lecture peut être une clé pour comprendre le monde et mieux se comprendre soi. Mais derrière le « j’aime pas lire », beaucoup de choses sont à dépasser. A commencer par le fait que pour les adolescents, lire signifie lire des romans, si possible classiques…

En fait, une des manières d’aborder la question de la désaffection observée à cet âge vis-à-vis de la pratique de la lecture est sans doute d’inverser la question : pourquoi liraient-ils ? En d’autres termes, qu’est-ce qui est susceptible de les attirer dans la lecture ?

On est souvent dans le jugement (de valeur) mais lisait-on plus auparavant ? - Pas si sûr. Il suffit pour s’en convaincre de regarder l’infographie proposée sur le site http://allezvousfaire lire.com à l'adresse https://bit.ly/2IcdHdK

En outre, si les ados lisent peut-être moins, ils ne sont pas les seuls. Cf. les enquêtes IPSOS/ CNL qui observent que toutes les tranches d’âge lisent moins. La dynamique de la lecture est globalement en baisse et le principal motif avancé est le manque de temps.

Comment classent-ils leurs loisirs ?

En première position,  ils privilégient « sortir avec des amis ». Rien de nouveau car on sait combien l’adolescence est l’âge clé où construire sa place dans une communauté qui vous ressemble et qui vous reconnaît comme un de ses membres. A cet égard, on observera l’importance de la recommandation entre pairs, mode de médiation privilégié par les booktubeurs, les discussions ou échanges en ligne…

En deuxième position, ils disent « lire un livre ». La lecture n’a donc pas complètement disparu de leurs centres d’intérêt et force est de constater que sur toutes les tranches d’âge observées, ils lisent plus tôt plus qu’auparavant ! Mais à 12/13 ans, la chute est cependant « vertigineuse » alors même que ces mêmes adolescents  estiment qu’il est important de lire et sont tout à fait conscients qu’ils passent beaucoup de temps à faire autre chose. On observe également une nette différenciation entre garçons et filles. Qu’est-ce que cela signifie pour un garçon « aimer lire » ? Pour lui, rien d’évident dans cette représentation symbolique ;  il nous faut donc penser à l’image que la lecture, exercice solitaire et posé (parfois imposé), renvoie. Il nous faut également mesurer la nature de l’angoisse que peut générer le fait de se retrouver en face de soi. Cf. Michèle Petit. La lecture, à bien des égards,  est un acte qui isole, et ce à un âge où l’on ne veut pas se sentir isolé et coupé de ses pairs.

Que lisent les adolescents d’aujourd’hui ?

Au Top de leurs lectures, on retrouve des récits inspirés de jeux vidéo (Frigiel et Fluffy), Le journal d’un dégonflé, sorte de journal illustré qui met en scène un héros du quotidien, Everything, everything, qui délivre un message optimiste au héros malade, Treize raisons, inspiré d’une série Netflix, La passe-miroir, trilogie très créative et ambitieuse etc.  Les adolescents vont donc d’emblée vers des « produits » qui leur parlent. Les éditeurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés au premier rang desquels Le Seuil, Gallimard, Slalom, Albin Michel et Michel Laffon.

Un constat néanmoins : en 10 ans, les « classiques » ont disparu de leurs Top ten ! On est donc  passé d’une littérature francophone de type patrimonial à une littérature mondialisée, « produite en temps réel » ! cf. Laurent Bazin.

Les filles continuent de privilégier les romans puis les BD et les mangas. Les garçons quant à eux mettent en premier les BD, les mangas et en dernier lieu les romans. Les grandes tendances observées nous conduisent au cinéma (récits adaptés au cinéma) ou aux recommandations de You tube, très influent depuis 5 ans et plus récemment à la plateforme Wattpad, qui gagne en audience chaque jour et va créer sa propre maison d’édition.

Leurs centres d’intérêt sont donc : l’humour, les jeux vidéo, les mangas, la musique mais aussi le phénomène transmédia, la fan fiction. De nouveaux types de lecture certes mais une approche de la lecture qui ne renie rien de ce que génère l’acte de lire et met en évidence  la multiplicité des liens créés au travers de cet acte.  On observe également  l’intérêt des adolescents pour tout ce qui touche aux coulisses du récit, l’envie de participer, d’être acteur  et les liens étonnants créés  avec ceux qui écrivent ces récits, ceux qui le transmettent, ceux qui ont lu le livre ou le liront. C’est dire l’importance de la médiation.

Quelle médiation ?

Les médiateurs que sont les enseignants, les bibliothécaires, les parents etc. se trouvent donc « débordés » de toutes parts  par de nouveaux types de médiation qui néanmoins obéissent aux lois du genre : la recommandation entre  pairs. Ils doivent donc s’interroger sur leurs critères, les règles implicites ou explicites qu’ils mettent en œuvre dans leur manière d’approcher les adolescents et retrouver une légitimité en partie perdue dès lors qu’elle emprunte des chemins jugés trop « classiques » et pour partie inadaptés à ce lectorat.

Supports et enregistrements

 pdfDiaporama de la conférence d’Agathe Kalfala7.96 Mo

Enregistrements

Matin

Intervention d'Agathe Kalfala

Table ronde

Après-midi

Ateliers et conclusion

 

IMG2872
IMG2874
IMG2882
IMG2877
IMG2903
IMG2934
IMG2910
IMG2891
IMG2889
IMG2928

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.